09 — Clap de fin

Le jour se lève
sur la ville que j’avais choisie 
ainsi s’achèvent
8 jours à rejouer ma vie

Même pas en rêve 
je désire regagner Paris 
pourvu qu’on crève     
sur l’autoroute dans le taxi 

Tous ces mots qu’on n’a pas dit 
tu les as couchés dans la nuit 
dans le salon près du piano 

On peut donc rater sa vie 
à penser que tout était faux 
à penser aussi que la vie 
s’écrit comme un scénario 

On vit pas dans un scénario 

Clap de fin 
j’écris la suite et je reviens 
Clap de fin 
prends pas la fuite j’veux voir la fin 

Le jour soulève 
ce qu’aurait oublié la nuit 
on croit qu’on rêve 
mais y a pas plus chienne que la vie 

Adam et Ève 
Eux - vivaient dans le même pays 

Je pensais que c’était pas permis 
d’offrir l’amour sur un plateau
ils pensaient qu’on jouait la comédie 
que tout était faux 

la vie n’a pas de scénario 

Clap de fin 
j’écris la suite et je reviens 
Clap de fin 
prends pas la fuite j’veux voir la fin 

08 — Sur Mars

Je suis parti sur Mars - fin février 
volontaire, un peu lâche, je pensais me sauver 
Le livre blanc en poche et des vêtements froissés
je voulais que tu saches que tout va me manquer 
… que tout va me manquer 

Tout va me manquer 
une fois sur place 
une fois sur Mars

J’ai tout laissé sur place pour me réinventer
J'ai vu l'amour en face, un rien m’a fait vriller 
désolé pour la casse, je n’ai rien inventé 
on est de cette race qui aime tout bousiller 

Je regarde l’espace et tout le temps passer
je vois ce qu’il se passe, je plains l’humanité 
tout ce vieux monde est las, il va bientôt tomber
vous m’rejoindrez sur Mars - on pourra parler du passé  

 

Tout va me manquer 
une fois sur place 
une fois sur Mars

la Terre, ma mère, et tes baisers 
la gravité et tout le monde entier 

07 — Danse!

J’ai juste envie 
d'aller danser 
danser dans ces lieux étroits 
où parfois les gens s’oublient    
C’est densément peuplé 
mais dans ce cas tant pis 
mon agoraphobie 
kiffe les chorégraphies 

J’ai juste envie 
d’arrêter de penser 
j’ai des pensées cadencées
des tas d’idées condensées 
Je suis en vie 
mais j’ai déjà dépensé 
le temps qu’on m’avait donné 
à mater ma vie passer 

C’est comme une évidence 
la mort sait pas danser
alors ce soir je danse 
ça m’évite d’y penser

DANSE !

J’ai juste envie 
d’aller danser 
d’aller danser quand chez moi  
j’ai trop tendance à bloquer
Une fois que j’y suis
comme y a personne à m’épier 
j’ai l’imprudence de laisser 
l’indépendance à mes pieds


J’kiffais la vie
jusqu’à l’été dernier
on vivait légers - légers
on n’avait rien à léguer 
Depuis tous mes amis
ont fini par se ranger, 
repeuplent l’humanité
pendant que j’ continue de danser  

C’est comme une évidence 
la mort sait pas danser
alors ce soir je danse 
ça m’évite d’y penser

DANSE !

Est-ce une coïncidence 
cette tendance à danser ?
Qu’ont tous ces gens qui penchent 
quand la nuit va tomber
 

06 — Atterrir

Ceinture bouclée
côté couloir 54 G
j’ai comme une folie passagère
comme envie de tout foutre en l’air 

Je pense à tes rires 
était-ce de l’air, 
ou bien l’avenir ?  

Je pense à mes rires 
que j’ai dû noyer dans le chagrin     
j’ai versé mon dernier sourire
dans un verre de trop - tôt ce matin 
J’imagine le pire 
pour l'équipage et moi 
que des trous d'air m'aspirent
et me ramènent chez toi 

La vérité toi tu préfères la Terre 

 

Je repense à tes rires
à ce que nous avions 
J’aimerais te l’écrire
maudit mode avion 

C’est climatisé 
zéro fumoir - zéro 4G
j’aime pas le goût des nicorettes 
j’ai ton long courrier dans la tête 

Je voudrais sortir 
mais l’hôtesse de l’air 
tarde à venir 

Les yeux mouillés
on m’a fait monter dans l’avion sans elle
J’ferai tout pour ne pas décoller 
sa compagnie m’est essentielle   
J’ai plus envie de sourire 
de toute façon ça m’allait pas 
Il est temps d’atterrir 
mais sincèrement j’men bats d’en bas 

Je repense à tes rires
à ce que nous avions 
J’aimerais te l’écrire
maudit mode avion 

05 — L'inconnue

Une flamme dans chaque pore de ma peau
brûlée vive par le soleil 
et le souvenir de celles 
qui me rendaient plus beau

Une vague a fait tanguer mon bateau
le fond de l’eau est formel 
j’ai vu le sourire de celle
qui me sauverait la peau 

Captif des caprices du vent 
j’arrive par l’océan 
si j’ai pu rester vivant
c’est sûrement que quelqu’un m’attend

Qui sait dans quel État             
tu me retrouveras ?
Belle inconnue
Si c’est dans cet état
j’aurais besoin de toi 
en terre inconnue 

Une femme dans chaque port - c’est idiot
putain, bordel - c’est cruel !
d’ainsi profiter de celles 
qui n’ont pas de bateau 

La Havane, Salvador ou Rio 
qui sait où va la bouteille ?
qui prendra de mes nouvelles ? 
échouées sur le sable chaud 

Natif du pays du vent 
j’aperçois ton continent
ta silhouette, un tissu blanc 
serait-ce toi là-bas qui m’attends ?

Qui sait dans quel État
tu me retrouveras ?
Belle inconnue
Si c’est dans cet état
j’aurais besoin de toi 
en terre inconnue 

04 — On refait le monde

Casquette baissée et capuche noire 
pour planquer nos écouteurs blancs
ouais c’est ça nos super-pouvoirs
y’a toujours un Y qui pend  
C’est un tout petit accessoire 
qui vient protéger nos tympans 
on n’a plus l’âge pour vos histoires 
qu’avez-vous fait de vos enfants ?

Vous n’avez eu que peu d’égards 
à ce qui plus tard nous attend 
vous avez aussi voulu croire 
qu’il y aurait tout - et ce tout le temps 
Comment voulez-vous qu’on répare? 
vous avez tout fait pour l’argent 
Désolé de vous décevoir 
il est pourri votre testament

On se transforme quand vient le soir 
on a des costumes transparents 
On sait que vous pouvez pas nous voir 
on peut aussi en dire autant 
On se donne rencard - quelque part  
quand t’es planqué dans ton salon 
on se retrouve pas par hasard 
on touche pas ton poste à la con 
on prépare le nouveau départ 
on a de l’imagination  

Vos jours s’achèvent 
quand la nuit tombe
On la relève
On refait le monde 

On refait le monde ! 


Elles sont si serrées nos mâchoires
qu’on pourrait s’en péter les dents 
et si on a le regard noir 
c’est qu’on voyait la vie autrement 

Y croire encore est tout un art 
qui ne demande pas de talent 
alors on prend des cours du soir 
le cul pas posé sur vos bancs
On étudie et on compare 
là où ont merdé nos parents 
Si le monde est un laboratoire 
fallait le prendre avec des gants 

Vos jours s’achèvent 
quand la nuit tombe
On la relève
On refait le monde 

On refait le monde ! 

03 — Le silence

Sais-tu ce que tu laisses
ce que ton silence endort ?
que tous ceux qu’on délaisse  
hurlent comme des chiens à la mort 

Sais-tu que tu me blesses 
que le néant me dévore ?
je couche avec l’ivresse
pour ça, je m’allonge ivre mort 

Tu fais mal mais j’encaisse 
j’anesthésie mon corps 
oui j’avoue je m’abaisse 
ça c’est mon faible pour les forts 

J’étais celui qui reste 
après la chute du décor 
je crois donc aux promesses
oh oui - même à celles que l’on tord 

Dis moi  
tout et son contraire 
et tant pis si t’avoues 
et fous ma vie en l’air 
je vis sans garde fou 
et je m’en fous d’hier 

J'attendrai que tu baisses
ta putain de garde plaquée or 
lors d’une nuit à Lutèce 
je viendrai te voir quand tu dors

Même si c’est ainsi que cessent 
la plupart des films que j’adore 
ces pouces que tu me laisses 
font en sorte que j’y crois encore 

Dix mois 
passés à te taire 
on avait rendez-vous 
qu’as-tu de mieux à faire ? 
oui je ferais tout 
pour revenir en arrière 


Dis moi  
tout et son contraire 
et tant pis si t’avoues 
et fous ma vie en l’air 
je vis sans garde fou 
et je m’en fous d’hier 

Dis moi  
tout et son contraire 
et tant pis si t’avoues 
et fous ma vie en l’air 
je vis sans garde fou 
et je m’en fous…

02 — Mes paroles

Je ne sais si je dois 
commencer en anglais 
pour te tenir la main 
dès le 1er couplet 
Vu que tu n’y comprends rien
je peux me laisser aller
te dire dans le refrain 
cinquante fois que je t’aimais 

Écrire n’importe quoi 
tu me liras jamais 
d’façon dans 2, 3 mois
tu m’auras oublié
Tout va beaucoup trop vite
et toi t’adores zapper
dans cette époque merdique  
tu veux de la légèreté 

Ça n’est que de la musique  
je sauve pas l’humanité
tiens un couplet basique
faut pas tout compliquer 

Je te donne mes paroles et t’en feras ce que tu veux 
Ce qui est certain c’est que moi j’ai toujours pas trouvé mieux
pour te dire que 

Je me demande parfois 
si revenir me plait
vu que t’as pas pris ma main 
lorsque tu le pouvais 
J’ai fait semblant de chanter 
sur le service public 
je voulais t’impressionner 
et plaire aux gens qui cliquent 


L’autre m’a montré du doigt 
a dit : ‘copié-collé’
mais j’irai jamais chez toi 
alors j’te rends tes clés 
Désolé - pardonne moi
je t’ai mal parlé tout à l’heure 
j’ai pas de pouvoir sur toi 
j’peux pas braquer ton coeur 


J’te préviens si j’reviens 
c’est pas pour que tu me valides 
je veux juste faire le plein 
du verre à moitié vide 

Je te donne mes paroles et t’en feras ce que tu veux 
Ce qui est certain c’est que moi j’ai toujours pas trouvé mieux
pour te dire que 


Ma vie ne tient, qu’à un refrain 
si j’fais ça bien, il sera tien
y’aura ma voix dans ta télé 
tu reviendras me voir chanter 
tu m’écriras la nuit tombée 
J’aurais l’impression d’être aimé 
puis un beau jour, tu m’oublieras 
des mecs comme moi, y’en a des tas 
j’reviendrai comme ça, deux ou  trois fois 
jusqu’à ce qu’on s’en lasse ou pas